5 activités créatives à faire avec les enfants

Abordée à l’école maternelle, l’éducation à la créativité n’est pas forcément cultivée en famille. Dommage, car elle est fondamentale dans de nombreux domaines et réserve bien des plaisirs !

 

  • Le feu d’artifice lacté – Pour ouvrir grand ses yeux – À tout âge

Matériel : une assiette à fond plat, du lait, de l’aquarelle liquide ou des colorants alimentaires, du liquide vaisselle, un coton-tige.

Réalisation : versez dans l’assiette une fine couche de lait. Y déposer une première goutte de couleur (en général, elle coule). Tremper une extrémité du coton-tige dans le liquide vaisselle et invitez votre enfant à toucher la goutte de couleur du bout du coton-tige. Surprise ! Elle “explose” dans toutes les directions à la surface du lait. Vous pouvez alors rajouter des gouttes d’autres couleurs et poursuivre jusqu’à ce que le lait ait acquis une teinte uniforme.

  • Autoportrait en pied, grandeur nature – Pour prendre place dans le monde – À 3 ans et… beaucoup plus

Matériel : une feuille de papier de la taille de l’enfant (ou le dos d’une carte routière périmée), du matériel artistique en tout genre (feutres, crayons ou peinture, mais également colle, bouts de tissu ou de papier cadeau, perles… tout est permis !)

Réalisation : placez la feuille sur le sol et demandez à votre enfant de s’allonger, immobile, dessus. Avec un feutre, tracez le contour de son corps (cela peut être aussi la tâche d’un aîné) sur la feuille. Lorsqu’il se relève, observez ensemble sa silhouette au sol : qu’est-ce qu’il en dit ? Puis invitez-le à “habiller” ce bonhomme comme il le souhaite. Une fois le portrait de papier terminé, on peut le découper en suivant les contours et l’afficher sur la porte de la chambre.

  • Le défi gribouillage – Pour créer à plusieurs – À partir de 3 ans

Matériel : une feuille de papier par participant, du matériel de dessin, un sablier ou un minuteur.

Réalisation : chaque participant dessine “un gribouillage” (quelque chose d’abstrait) sur sa feuille, avant de la passer à son voisin. Celui-ci observe le tracé qu’il a reçu et poursuit le dessin en utilisant le gribouillage comme point de départ. S’il y voit un animal, il en fait un animal, s’il y voit un bonhomme, il en fait un bonhomme, etc. Les plus jeunes peuvent continuer le “gribouillage”, ajouter des couleurs, etc. Le minuteur peut servir à limiter la séance, mais ce n’est pas obligatoire. Ensuite, toutes les œuvres sont exposées et commentées par le groupe. L’occasion aussi de regarder les “gribouillages” avec plus de respect que d’habitude !

  • Ombres et lumières – Pour voir le réel autrement – À partir de 5 ans

Matériel : un vase, une ou plusieurs branches de feuillage ou quelques fleurs de bouquet, une feuille de papier, du ruban adhésif, un crayon à papier, des pastels ou autre matériel artistique de couleur.

Réalisation : placez les branches ou les fleurs dans le vase et posez celui-ci devant une source de lumière. L’idéal : sur une table devant une fenêtre bien orientée. L’ombre du bouquet se projette au pied du vase. Placez sur l’ombre la feuille de papier que vous fixez grâce à ruban adhésif. Invitez votre enfant à suivre avec le crayon les dessins que trace l’ombre. Peu importe s’il “dépasse”, la précision n’est pas de mise. Puis ôtez le bouquet et regardez ensemble les traces qu’il a faites : n’est-ce pas surprenant ? Est-ce que ça ressemble à une branche ou y voit-on autre chose ? Souhaite-t-il y ajouter de la couleur (pas nécessairement celle du modèle, d’ailleurs) ou préfère-t-il laisser ça comme ça ?

  • Le plus grand possible – Pour libérer son esprit et son geste – À partir de 3 ans

Matériel : une grande feuille de papier ou un grand morceau de carton ou un tableau noir, du matériel de dessin au choix.

Réalisation : c’est simple. Armez votre enfant du matériel ci-dessus, fixez la feuille au support si c’est plus confortable pour lui, et dites-lui simplement : “Dessine le plus grand possible ! Tu as toute cette place !” Laissez-le faire, puis, une fois qu’il a fini, questionnez-le : “Savais-tu que tu pouvais faire un aussi grand dessin ?” Vous pouvez aussi proposer l’exercice inverse, en lui donnant un petit bout de papier de la taille d’un post-it. Il y prendra grand plaisir également. À ce propos, avez-vous remarqué à quel point le format A4 (et sa “famille”, A5, A3, etc.) est devenu la norme ? Il est très rare que l’on dessine sur des formats carrés ou très allongés. En proposant autre chose que la proportion familière, on a parfois des surprises !

%d blogueurs aiment cette page :